De véritables enjeux responsables enfin proposés

« Pour qu’il y ait “post-vérité”, il faut qu’il y ait “vérité”, c’est-à-dire une discussion, un débat “libre et raisonné” et non un bavardage incessant de surface. » Anne-Cécile Robert

La situation politique actuelle fait trop souvent l’économie des mots, qui décrivent contradictoirement les situations et les ancrent dans la réalité. Les médias majoritaires reprennent les acceptions renouvelées des interprétations politiciennes, donnant de nouvelles expressions en pâture, ou en refusant d’autres.

« Pour qu’il y ait “post-vérité”, il faut qu’il y ait “vérité”, c’est-à-dire une discussion, un débat “libre et raisonné” et non un bavardage incessant de surface. » écrit Anne-Cécile Robert. 1

C’est de cela qu’il devrait être question à l’approche des départementales et des régionales, élections proches des territoires, dont l’exécutif tend à se méfier en reprenant régulièrement les rênes financières, comme nous l’avons vu avec le projet de scierie industrielle de la multinationale Florian, où l’État et la Région Occitanie se voudraient, au final, les seuls décideurs.

Si les instituts de sondages trouvent aujourd'hui une certaine crédibilité, seraient attendus aux urnes 59 % des inscrits, lors des prochains scrutins des 20 et 27 juin prochains.

Mais pourquoi donc l’abstentionnisme serait-il ainsi réduit de 9 points par rapport à 2015 ?

2015 est l’année unique de comparaison, puisque la carte électorale (modifiée à plus de 3000 reprises depuis 1800, selon une analyse en continu des évolutions démographiques et relatives des cantons) est inchangée, depuis que la loi du 17 mai 2013 a redistribué les cartes, divisant par deux le nombre de cantons.

Là encore, l’influence anxiogène de certains médias est palpable dans sa coordination oppressive des consciences 2, propice à générer le repliement sur soi et la peur du prochain, instrumentalisés ouvertement pour faire émerger la représentation souhaitée.

Dans les Hautes-Pyrénées, cependant, ce laminoir médiatique n’a pas de fondement historique : jusqu’à l’imposition de la nouvelle forme de région, la formation politique de droite extrême n’était même pas représentée.

C’est que ce département, du bout du monde, bordé par les Hautes Montagnes, avait dû historiquement installer des solidarités, des systèmes sociaux réactifs et pérennes.

« Mais le contexte est très lourd, entre la peur, le désarroi et la résistance : 15 000 personnes, 10 200 électeurs, mais beaucoup de laissés-pour-compte, malgré les “aides” du gouvernement : les saisonniers aux horaires et périodes de travail atypiques sont au cœur de ces inquiétudes, avec les personnes débauchées des entreprises

À l’approche des prochains scrutins, c’est cet esprit adaptatif, inventif, scrupuleux et combattif, soucieux de l’équité et de la prospective durable — au sens de la protection de son environnement — que ce billet vient interroger ici.



Pourquoi dites-vous que vos candidatures s’inscrivent dans le sens de l’histoire ?

La crise systémique de la société capitaliste appelle non pas des réformes mais bien un changement radical de logiciel et de paradigme. La très mauvaise gestion de la pandémie a profondément aggravé la crise sociale, économique, morale, et disqualifie le gouvernement de notre pays.

Les laissés-pour-compte sont des millions et n’ont aucun avenir dans ce système. Nous sommes la force rassembleuse pour répondre aux besoins des femmes et des hommes qui vivent ici.

Comment associez-vous les questions sociale et environnementale ?

Air, terre, eau, forêts, biodiversité, sont l'affaire de tous, parce que ce sont des biens communs, qui ne peuvent appartenir seulement à quelques-uns.

Nous avons à dire et à faire sur le logement, l’énergie, la santé, l’alimentation, l'éducation, la culture, les transports.

Rien de ce qui touche à l'humain ne nous est étranger. L'accueil des migrants, le respect de l'altérité de genres, l'ouverture à l'autre, à tous les autres.

Quel rôle entendez-vous jouer à l’heure où la récession économique commence durement à sévir, générant des milliers de licenciements, une mise à l’écart de nombreuses catégories de population, et probablement bientôt des expropriations ?

En 2021 il n’est plus possible de supporter autant d’injustices sociales.  Nous voulons porter la voix des sans-voix au sein de l’Assemblée Départementale, dans le cadre de ses compétences, en veillant à ce que les choix faits soient une réponse appropriée aux besoins fondamentaux des citoyens. La souffrance des jeunes, celle des femmes seules, des saisonniers et des anciens, nous est insupportable.

Les milliers de saisonniers abandonnés sur le bord de la route en savent quelque chose.

Il y a mieux comme avenir que le RSA, quand notre département compte autant de compétences et d’intelligences pour inventer des métiers utiles et nécessaires. Le “tout tourisme” ne peut être la seule voie. « La multifonctionnalité des forêts, repensée dans la reconnaissance du Code forestier, permettra de valoriser des métiers tout en recréant un écosystème industriel et social, en rapport avec une valorisation locale du bois, le développement d'une filière de l'isolation, par une vraie concertation de territoire. »

Comment comptez-vous recentrer ces énergies sur la dimension humaine pyrénéenne ?

Dans les domaines de la recherche, de la santé, de l’environnement, de la forêt et du bois, de l’alimentation et de l’agriculture, de la transformation des déchets, du tourisme social, de l’industrie nécessaire et contrôlée, il s’agit de produire les biens dont nous avons besoin. Aujourd’hui, ces biens sont produits par des femmes et des enfants des pays du Sud et de l’Est.

Comment résumeriez-vous votre engagement pour les six années qui viennent ?

Nous sommes les candidats

  • de la démocratie, des premiers de corvée, des mal-logés, de la création et de l’intelligence collective, de tous ceux qui souhaitent un changement profond pour notre département ;

  • de la lutte contre les abus patronaux et patriarcaux ;

  • de la culture qui est abandonnée, oubliée et remplacée par la marchandisation, les multiplexes et le bling bling ;

  • de la lutte acharnée contre le racisme, le fascisme ;

  • les candidats de l’espoir et de l’utopie à construire pour tous nos jeunes des vallées qui veulent un monde débarrassé du capitalisme et de l’oppression ;

  • Les candidats de la lutte contre le dérèglement climatique, ceux que vous croisez depuis 20 ans sur vos routes et chemins, les candidats pour une alimentation et l’agriculture Bio paysanne et maintenant ceux qui se battent avec des milliers de citoyens contre le projet écocide Florian 3. 

  • Nous sommes déjà les candidats qui dansons sur HK et les saltimbanques.

Pensez-vous suivre ces engagements politiques ou associer la population régulièrement durant votre mandat ?

Notre engagement sur une liste composée de citoyens et de membres du PCF est celui de terrain et de conviction. Nous défendons le département car il est à nos yeux un lieu institutionnel où l’on peut fédérer les femmes et les hommes, les territoires par des démarches de transformations sociales. Nous vous soumettons ces propositions à réaliser dès que nous serons élus, elles seront portées au débat public auquel nous vous invitons et feront l’objet de la création d’un Conseil Citoyen de Territoire.

Pouvez-vous détailler les propositions ?

1) Ouvrir les fenêtres de la démocratie en toute transparence 4

  • Créer un conseil de citoyens qui sera force de propositions et de consultation comme les conseils économiques, sociaux et environnementaux. Il sera composé des organisations représentatives, sociales, associatives et de citoyens tirés au sort à parité.

2) Défendre l'accès de tous, à la culture, à l'éducation populaire, aux sports….

  • Doter le département d’un budget culture à hauteur de 5% du budget départemental, ouvrir des lieux de culture 5, sports, théâtres, salles de musiques, écoles d’arts… permettant aussi aux artistes locaux d'organiser des représentations et/ou expositions.

  • Accompagner, soutenir des structures artistiques professionnelles 6.

3) Combattre la précarité, la misère et toutes les formes de discriminations.

  • Combattre le racisme qui est un délit 7.

  • Proposer un revenu lié au parcours de vie qui serait en lien vers un le salaire à vie afin que plus personne ne soit en sous-statut RSA 8, en prélèvement de la fraude fiscale et de l'argent des GAFAM.

  • Permettre l'accès à l’énergie pour tous les citoyens, pour lutter contre la précarité énergétique qui touche 3 millions de foyers.

  • Rien de ce qui touche à l'humain ne nous est étranger. L'accueil des migrants” écriviez-vous plus haut 9

4) Lutter contre le dérèglement climatique et rendre notre département résilient.

  • Protéger nos forêts et la biodiversité sauvage et cultivée en agriculture, en finir avec les projets inutiles, comme par exemple le projet Florian 10.

      4-1 Impulser un accès au logement digne

  • Quintupler le programme d’État sur l’isolation thermique des logements en instaurant avec la Banque des territoires, une ligne de crédit départementale avec un taux de 50% à 100% de subventions pour les familles précarisées et aux faibles revenus.

  • Créer un fonds départemental doté de 50 millions d’€ pour isoler 4000 logements par an, (financement par entreprise de l’énergie à 60%, État 30% et Département 10%)

      4-2 Favoriser le maintien de la biodiversité et mettre en place un entretien raisonné de l’espace

  • Mettre en place un ABC (inventaire) départemental de la biodiversité en sensibilisant tous les citoyens dont les scolaires.

  • Renforcer le soutien matériel des associations qui œuvrent avec leurs adhérents à la défense de la biodiversité, en respectant leurs orientations politiques

  • Conventionner avec les communes des actions liées à l’environnement et créatrices d’emplois utiles.

      4-3 Organiser les transports en cohérence avec les besoins de tous les utilisateurs

  • Organiser des réseaux de transports collectifs et partagés pour tous en lien avec la Région, chef de file du transport.

  • Installer une voie verte en direction des vallées, reliant tous les villages du plateau et des vallées. Combiner la voie verte avec des déplacements collectifs sur les voies mixtes.

  • Créer une gare de fret. Lannemezan peut constituer un nœud ferroviaire avec comme ambition le délestage de l'autoroute A64 (+de 2000 camions /j) et de la vallée, avec une desserte sur Arreau et des navettes.

  • Exiger la gratuité des transports collectifs et impulser des modes de transport alternatifs 11

      4-4 Alimentation et agriculture

  • Promouvoir l'alimentation et l'agriculture biologique en accompagnant les acteurs du système alimentaire (producteurs, transformateurs, distributeurs et citoyens) 12.

  • Instaurer un plan départemental de reprise et de conversion en Agriculture Biologique avec un objectif de 20% des surfaces.

  • Installer des jeunes paysans en élargissant le rôle de l’Établissement Foncier Public régional au départemental.

      4-5 Protéger et gérer la ressource Eau

  • Créer un syndicat départemental de production, de distribution de l’eau et de l’assainissement, pour une eau 100% publique 13.

5) Défendre et développer les services publics, acteurs de progrès social

Préserver et renforcer les services publics de proximité existants et remettre en place ceux qui ont disparu

  • Créer un service public d'aide à la personne et le maintien à domicile dans de bonnes conditions.

  • Créer un service public numérique (accès, utilisation…)

  • Conserver tous les hôpitaux publics de proximité 14

  • Veiller à maintenir la qualité des collèges 15

      5-1 Aider et renforcer la protection de l'enfance

  • Renforcer les moyens et les qualifications des professionnels de l'enfance en créant des lieux d’accueil pour déceler et prévenir les situations difficiles 16. Renforcer les mesures de prévention avec la création de postes au CD65 et notamment sur le service ASE.

      5-2 Favoriser et faciliter la vie des personnes en situation de handicap

  • Accompagner le droit à la différence en leur rendant accessible tout ce qui peut l’être.

  • Mobiliser un plan départemental de l’accessibilité.

  • Militer pour le respect des embauches des travailleurs handicapés.

6) Soutenir le tourisme social, le thermalisme et le rendre accessible aux citoyens

  • Permettre à chaque citoyen d’Occitanie de venir découvrir notre territoire pour développer un éco-tourisme populaire .

  • Prescrire et orienter les citoyens avec le corps médical vers le thermalisme source de bienfait.

  • Soutenir les investissements lourds en décidant d’un plan départemental du thermalisme.

    Rendre l'accès des sites naturels gratuit, cohérent avec leur protection, par une compensation financière pour les communes.

7) Développer une économie au service des femmes, des hommes et des besoins sociaux et environnementaux, en lien avec la Région

  • Assumer la transition entre une économie précaire liée au tourisme et une économie tournée vers les besoins des populations.

      7.1) Économie et industrie

  • Maintenir en gestion publique et rénover le parc de barrages et de centrales hydro-électriques, avec la nécessité de réaliser cette rénovation avec du personnel qualifié à former dans le cadre du service public. Soutenir les luttes contre la privatisation du réseau hydro-électrique.

  • Installer une plate-forme de seconde transformation du bois, une plate-forme de séchage et de stockage du bois d’ameublement et de construction pour répondre aux besoins locaux.

  • Travailler à l'émergence d'une unité de sous-produit du bois (laine de bois et panneaux fibre de bois)

  • Soutenir le tissu industriel local

 

➣ Vous dites dans votre présentation : « Nous sommes l’avenir, car il n’est plus possible de supporter autant d’injustices » ; l’actualité internationale de « “l’indice de développement humain de l’ONU, ajusté selon les inégalités, semble vous avoir inspiré·e·s :

      l'IDHI, indice de développement humain de l’ONU, ajusté selon les inégalités

Avant 2010, l'indice IDH était un indice statistique composite de l’évolution des revenus nationaux, créé par le Programme des Nations-Unies pour le Développement, pour évaluer le taux de développement humain des pays du monde.

      L'IDH se fondait alors sur trois critères :

  • le PIB par habitant,

  • l'espérance de vie à la naissance

  • et le niveau d'éducation des enfants de 17 ans et plus.

      Dès 1990, deux économistes indien et pakistanais, respectivement Amartya Sen et Mahbub ul Haq, développent un nouvel indicateur , l'IDHI, l'indice de développement humain ajusté selon les inégalités 17.

Pour Sen et Mahbub ul Haq, le concept du développement humain est bien plus large qu’une simple augmentation du revenu national :

si dans l'indice ci-dessus, le PIB par habitant permettait d’évaluer la production économique, il ne donnait aucune information sur

  • le bien-être individuel ou collectif.

Des écarts très importants sont apparus avec l'IDHI qui a été introduit dans le Rapport sur le développement humain dès 2010, classement actuellement dominé par la Norvège.

      Depuis, un nouvel indice, le “GDI (Gender-related Development Index), prend en compte les disparités liées au genre, différences de situation de vie entre les hommes et les femmes d'un pays considéré.

      Existe aussi le “PIB Vert”, développé par le Comité d'experts des Nations-Unies sur la comptabilité environnementale-économique (UNCEEA), qui propose de corriger le PIB des coûts environnementaux.

      Quant au think-tank britannique NEF (New Economics Foundation), il a développé le “Happy Planet Index“ (Indice de la planète heureuse, HPI) qui mesure depuis 2006 l’empreinte écologique, l’espérance de vie, le degré de bien-être des populations (par sondage), l’inégalité des revenus et la distribution des richesses. Le résultat obtenu est ensuite divisé par un indicateur de soutenabilité.

      Les pays en tête de classement sont ceux dans lesquels le bien-être individuel n’est pas acquis au prix d’une dégradation de l’environnement. 18

Alors que les États-Unis dominent l'ancien “PIB”, ce sont les pays d’Amérique Centrale et Latine et ceux d’Asie-Pacifique qui se retrouvent en tête du “Happy Planet Index”… (La France y est 44e sur 140).




« Un territoire en commun » PCF , Pascal Lachaud Maire adjoint de Capvern, Emmanuelle Mosca Directrice de Crèche en qualité de titulaires, Marie Hélène Fant-Abadie, Yan Guilhem-Débat comme remplaçants, élections départementales des 20 et 27 juin prochain


NOTES

1Le Monde Diplomatique, avril 2021,page 16

2Sous le titre “la grande peur de l’abstention”, BFMTV écrivait ainsi : « 58%. La première estimation de l'abstention de l'institut CSA pour BFMTV est tombée, à près de trois semaines des élections départementales. » https://www.bfmtv.com/politique/elections/departementales-la-grande-peur-de-l-abstention_AN-201503050077.html

tandis que ses confrères titraient, retitraient et martelaient inlassablement : « Le Front national est-il le premier parti de France en vue des élections régionales ?» (RTL), « Le Front national est-il encore le premier parti de France ?» (FrancetvInfo), après avoir titré le 14 oct. 2013, puis le 9 mai 2014 « Le Front national est-il devenu le premier parti de France ? » « Le FN est-il vraiment "premier parti de France" ? » (Europe 1), et même, un an avant les élections « Le Front National, premier parti de France » (Paris Match).

3En Bigorre a partagé à plusieurs reprises les immenses interrogations que suscite ce bouleversement environnemental, sociétal et d’écologie humaine qui génère des mobilisations massives, où la population de l’ensemble des Pyrénées françaises s’oppose au projet ravageur de scierie industrielle porté par la multinationale italienne Florian (ici, ici, ici, ici et ).

4lire à ce propos plusieurs billets de En Bigorre sur le sujet, ici

5En Bigorre a édité un article sur l’importance du livre ici et un sur la réouverture des lieux culturels, dont les salles de cinéma ici et )

6En Bigorre a publié de nombreuses contributions d’artistes et deux, spécifiques, sur leur condition dégradée (ici et )

7Lire à ce propos ce billet.

8Lire l’analyse de Jean-François Courtille pour En Bigorre ici.

9En Bigorre tient à souligner, dans ces propositions, l’importance de la dignité et de l’éducation, développées dans deux articles (ici et ).

10Plusieurs billets ont été consacrés à ce sujet (ici, ici, ici, ici et ).

11Retrouver à ce propos les propositions d’Alain Bonneau sur les transports à air comprimé et d’autres utilisations ici.

12cf. l’interview réalisée par Pascal Pique à Maubourguet pour en Bigorre.

13lire sur le sujet les deux (gros) articles de En Bigorre (ici et )

14La défense de l’hôpital a mobilisé En Bigorre (ici et )

15En Bigorre a également traité déjà la question de l’aspect qualitatif de la proposition numérique dans les lycées ainsi que des pressions ministérielles exercées qu’ils ont à subir. (ici)

16En Bigorre vous a suggéré, faisant le lien avec le point numérique précédent, d’anticiper les conséquences catastrophiques que les portables, tablettes ou terminaux quelconques peuvent exercer sur les plus jeunes, citant Bernard Stiegler, qui, sur Plaine Commune, a mis en place ces dernières années avec la pédopsychiatre Marie-Claude Boissière une plateforme à destination des jeunes mères et leurs enfants, afin de les accompagner et les informer sur la toxicité de ces technologies, qui privent les jeunes de leur relation de toucher, d’oralité et de relation, induisant des symptômes autistiques et des angoisses profondes.

https://www.solidarum.org/sites/default/files/atoms/files/VS4_Stiegler_territoires-apprenants.pdf page 4/6

17http://hdr.undp.org/en/content/inequality-adjusted-human-development-index-ihdi

Index :

  • Inequality-adjusted income index

Indice de revenu ajusté aux inégalités : Valeur de l'indice de revenu de l'IDH ajustée pour tenir compte de l'inégalité dans la répartition des revenus, d'après les données des enquêtes sur les ménages figurant dans les principales sources de données estimées à l'aide de l'indice Atkin-son d'inégalité.

  • Income share held by richest 1%

“Part des revenus détenue par les 1% les plus riches” : Part du revenu national avant impôt détenue par les 1 % de la population les plus riches. Le revenu national avant impôt est la somme de tous les flux de revenus personnels avant impôt qui sont dus aux propriétaires des facteurs de production, de la main-d'oeuvre et du capital avant la prise en compte du système d'imposition/transfert et après la prise en compte du système de retraite.

  • Coefficient de Gini” : Mesure de l'écart entre la répartition des revenus entre les individus ou les ménages dans un

    pays et une répartition parfaitement égale. La valeur 0 représente l'égalité absolue, la valeur 100 l'inégalité absolue.

18https://mrmondialisation.org/voici-les-pays-ou-le-bonheur-est-le-plus-eleve-selon-le-happy-planet-index/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.