Édition suivie par 553 abonnés

Bookclub

28 rédacteurs

À propos de l'édition

« Nous voulons des livres, des films qui agissent sur nous comme des corps, mille fois mieux que des corps, comme des corps vivants. » (Alban Lefranc)

« Plus on s'affronte à une construction

littéraire, plus on peut déplacer les perceptions courantes, les manières de voir, et plus les conséquences sont politiques. » (Édouard Louis, à propos d'En finir avec Eddy Bellegueule)

« Je ne sais pas ce que c'est un livre. Personne ne le sait. Mais on sait quand il y en a un. » (Marguerite Duras)

  • Édition Bookclub

    Pas d'excuses pour les ennemis de la sociologie

    Par | 46 commentaires | 33 recommandés
    lahire2015
    Nous avons parlé de cette pensée néo-réactionnaire qui fleurit aujourd’hui en versions diverses. Evoquons ici l’une de ses formes de haine privilégiées, celle qui prend pour cibles les sociologues et la sociologie. Et faisons-le alors que paraît un excellent petit livre que publie à la Découverte Bernard Lahire sous le titre clair et net de Pour la sociologie.
  • Édition Bookclub

    Traductions impériales et belles infidèles

    Par | 7 commentaires | 12 recommandés
    Que les littératures soient, à l’échelle du monde, en concurrence et même en lutte, nous le savons depuis que nous avons lu, de Pascale Casanova, La République des lettres (1999). La même Casanova nous apprend aujourd’hui que ces mêmes luttes existent à une bien autre échelle – celle de l’Histoire entière – et se joue cette fois entre les langues existantes.
  • Édition Bookclub

    Glucksmann et les autres, les réactionnaires mots à mots

    Par | 58 commentaires | 9 recommandés
    En 2002, Daniel Lindenberg publiait au Seuil un ouvrage rapidement bouclé et intitulé Le Rappel à l’ordre. Enquête sur les nouveaux réactionnaires. Cette appellation, abrégée en néo-réactionnaires, allait demeurer.
  • Édition Bookclub

    Le monde inégalitaire de demain

    Par | 26 commentaires | 5 recommandés
    Dans la désormais célèbre série suédoise Real Humans, un aspect de l’impact des robots dans la vie humaine n’apparaissait pas : leur place dans le monde du travail. Le « cyberanthropologue » Michel Nachez répare cet oubli en proposant pour la France une évaluation par secteurs professionnels de cet impact dans un ouvrage intitulé Fin de l’emploi – Pour les humains ?...
  • Édition Bookclub

    L’amour au temps du communisme

    Par | 13 commentaires | 7 recommandés
    Elle a 17 ans et que personne ne vienne lui dire qu’elle n’est pas sérieuse. Il en a 55 et le communisme à sauver. Dans la Bulgarie des dernières années 80, la fin d’un monde s’approche pourtant un peu plus chaque jour.
  • Édition Bookclub

    Pour refuser le plomb et l'ombre

    Par | 10 commentaires | 9 recommandés
  • Édition Bookclub

    Fragmentation d'un lieu commun : la prison comme héritage

    Par | 37 commentaires | 12 recommandés
  • Édition Bookclub

    De la suite dans les idées

    Par | 1 commentaire | 3 recommandés
    Un historien britannique, Sudhir Hazareesingh,  dont nous avions naguère ici évoqué le remarquable Mythe gaullien, consacre un gros volume à ce « pays qui aime les idées », la France. C’est un livre excitant même s’il rappelle beaucoup de faits familiers à nous tous.
  • Édition Bookclub

    Chemin faisant, en mémoire de Jacques Lacarrière

    Par | 17 commentaires | 5 recommandés
    Jacques Lacarrière, qui fut tour à tour homme de théâtre, journaliste, puis écrivain, est surtout connu comme spécialiste de la Grèce, pays auquel il a consacré beaucoup de son temps, de son énergie, de sa passion et la majeure partie de son œuvre. Disparu en 2005, à l’aube de ses quatre-vingts ans, il aurait été un témoin privilégié et un défenseur acharné de la Grèce et des Grecs, dans les circonstances actuelles.
  • Édition Bookclub

    Pourquoi tant de haine ?

    Par | 19 commentaires | 4 recommandés
    Dominique Conil a aimé le dernier Angot, Un amour impossible, et l’a dit dans nos colonnes. Dans Le Monde de vendredi dernier, Jean Birnbaum salue le même livre avec ferveur et parle de « roman d’une libération ». Dans son ensemble, la critique fait de cet ouvrage de la rentrée un événement majeur. Et pourtant, toute une partie de l’opinion reste violemment hostile à ce qu’écrit Christine Angot, se montrant si haineuse envers elle (voir certains commentaires adressés à l’article de Dominique C.) que l’on s’interroge sur ce rejet, un rejet qui épargne d’autres romanciers qui pourraient donner prétexte à un refus semblable.