2 Mai 68: Nanterre est fermé

N ° 39. Ce jeudi 2 mai le doyen Grappin, en accord avec le ministre de l’Education et le ministre Alain Peyrefitte et le recteur Roche, décide de fermer l'Université de Nanterre. Prochain article: 3 mai 68: les cinq erreurs du préfet de police.

2 Mai 2018 

Ce jeudi 2 mai le doyen Grappin, en accord avec le ministre de l’Education, le ministre Alain Peyrefitte et le recteur Roche, décide de fermer l'Université de Nanterre. 

Le journal télévisé de 20 heures sur la première chaîne diffuse l’appel du doyen Grappin qui s’élève contre l’action de « petits groupes d’extrémistes ». Déjà, ils ne comprenaient rien à rien…

dien-fascistes
Ce 2 Mai les étudiants progressistes de Nanterre ont prévu une Journée anti-impérialiste. Mais le groupe fasciste et pro-impérialiste Occident a annoncé la veille qu’il tiendra un meeting le 2 mai et sera prêt à « rétablir l'ordre » à Nanterre. Les étudiants emmenés par l’UNEF et le Mouvement du 22 Mars (voir dans cette série l’article 22 mars 68: Nanterre allume la mèche ) s’arment de gourdins, de boulons, de cocktails Molotov.

Colette Magny - Vietnam 67.flv © etafarcirapkk
Des tranchées sont creusées sur le campus sont prévues pour bloquer les voitures. Des ouvriers d’un chantier voisin, sont prêts à intervenir avec leurs bulldozers. Occident se dégonfle. Le lendemain matin, la police envahira le campus.

Les étudiants apprennent aussi le 2 mai que huit étudiants du Mouvement du 22 mars sont convoqués devant la Commission des affaires contentieuses et disciplinaires de l’Université de Paris, pour le lundi 6 mai, à 11h30. Les accusés qui doivent répondre de la soirée du 22 mars sont : Daniel Cohn-Bendit, Olivier Castro, Michel Pourny, Daniel Schulmann, Yves Fleischl, Jean-Louis Ploix, Jean-Pierre Duteuil et René Riesel.

front-uni-anti-imperialiste-nanterre
Dans l’après-midi, 300 étudiants réquisitionnent le grand amphi de la faculté pour la projection de films sur la guerre du Viêt Nam et sur le Black Power. L’historien René Rémond trouve son amphithéâtre occupé. Les cours de François Bourricaud, de Michel Crozier et d'Alain Touraine sont également perturbés.

En fin d’après-midi, le doyen Grappin, et le recteur Roche décident de fermer Nanterre. Les cours sont donc suspendus, comme en mars, cette fois-ci à quinze jours des examens.

nanterre-unef
Dans une conférence de presse le lendemain, le doyen Grappin déclare: "Le campus était devenu, je n'ose pas dire un chaudron de sorcière, mais un espace clos replié sur lui-même...il régnait dans la faculté un étrange climat, un état d'esprit insupportable, une véritable psychose de guerre" Il précise: "nos facultés où l'on étudie les sciences humaines, qui ne sont pas des sciences exactes, sont devenues des foyers d'agitation, de ratiocinations, de révolutionnarisme". Et il ajoute: "le mariage d'une résidence et d'une faculté à l'intérieur d'un même campus n'est pas heureux. C'est l'expérience qui le prouve". Et s'engage ainsi sur les examens: "De toute façon une partie des examens se tiendra ailleurs qu'à la faculté de Nanterre et un contrôle sera exercé aux intérieurs et à l'intérieur de la faculté".

Le «22 mars» et l’UNEF appelent pour le lendemain vendredi 3 mai à un meeting dans la cour de la Sorbonne. Un Communiqué de l’UNEF et du Mouvement du 22 mars appelait déjà  à une manifestation le 6 mai à 10h à la Sorbonne pour s’opposer à la répression engagée contre les huit étudiants.

Le même jour…

  • à 7h45 le groupe fasciste Occident met le feu au bureau de la Fédération générale des étudiants en lettres (FGEL). Les pompiers maîtrisent le feu. Sur le mur un cercle barré d’une croix celtique porte la signature d'Occident. La FGEL annonce un meeting pour le lendemain, dans la cour de la Sorbonne : «Nous ne laisserons pas les étudiants fascistes maîtres du Quartier latin.» Elle prend aussi la défense de Cohn-Bendit : «Jamais les étudiants ne permettront que la répression policière s’abatte sur un des leurs par le biais d’un tribunal universitaire». 
  • Incidents à Aix en Provence entre fascistes et les militants du Comité Vietnam National (CVN)
  • Dans la métallurgie, face à l’intransigeance de l’UIMM, appel des métallos CGT « à développer et à intensifier sous toutes les formes, l’action unie dans les entreprises pour imposer de véritables négociations. » 
  • Décision de grève des fédérations CGT et CFDT du textile dans les usines de textile artificiel. 
  • A Nantes, débrayage et manifestation dans les rues de la ville des salariés de l’usine Sud-Aviation-Bouguenais.
  • Début du voyage du premier ministre Georges Pompidou en Iran et en Afghanistan.
  • En Espagne se déroulent le 3eme jour de manifestation et d’affrontements avec la police.
  • Aux USA la « marche des pauvres », menée par le pasteur Ralph Abernathy (Civil Rights Movement) et par Coretta King, part de Memphis, depuis l’hôtel où fut tué Martin Luther King (voir dans cette série 4 Avril 68: Martin Luther King est assassiné)
  • La police abandonne la Columbia University de New York, d’où le 30 avril dernier, elle avait fait évacuer les étudiants occupants avec une violence jamais utilisée auparavant, du moins contre les blancs.
  • Les USA et le Vietnam du nord annoncent qu’ils sont parvenus à un accord pour le début des « pré-négociations de paix » à Paris le 10 mai. Les entretiens doivent mener à une nouvelle Conférence de Genève. 

*********************************************

50 ans plus tard

**********************************************

Articles déjà publiés dans ma série « 1968 »

  1. 5 Janvier 68: Dubcek accède au pouvoir en Tchécoslovaquie
  2. "Eh bien non, nous n'allons pas enterrer Mai 68", par A. Krivine et A. Cyroulnik
  3. 26 Janvier 68: Caen prend les devants
  4. 27 janvier 68: les lycéens font collection de képis de policiers
  5. 29 Janvier 68: Fidel écarte les dirigeants pro-soviétiques
  6. 31 janvier 68: Vietnam, l’offensive d’un peuple héroïque
  7. Mai 2018 : sous les pavés la rage, par Jacques Chastaing
  8. Mai 68 vu des Suds
  9. 6 Février 68: grand Charles et grand cirque à Grenoble
  10. 14 février 68: combat pour le cinéma
  11. 17-18 Février 68: La jeunesse européenne avec le Vietnam
  12. Mai 68 n’a pas commencé en mai, ni en mars, ni au Quartier Latin, ni à Nanterre
  13. 24 Février 68: Plate-forme commune FGDS- PCF
  14. 26 février 68: L'aéroport c'est déjà non, et au Japon
  15. 1er Mars 68: bataille romaine de Valle Giulia
  16. Mai 68: des conséquences "positives" pour 79% des Français
  17. 1968: le père De Gaulle et la tante Yvonne, ça suffit !
  18. 8 mars 68 : révolte étudiante en Pologne
  19. 11 mars 68 : les affrontements de Redon donnent le ton
  20. A retenir: le 23 Juin, colloque "Secousse et répliques de Mai-Juin 68"
  21. 15 Mars 68: Répression sauvage en Tunisie et rêverie dans Le Monde
  22. 16 mars 68: My Lai, un Oradour sur Glane perpétré au Vietnam
  23. 18 Mars 68: début du Mai sénégalais
  24. 20 mars 68: Karameh, une victoire de la Palestine 
  25. 22 mars 68: Nanterre allume la mèche
  26. 25 Mars 68 à Honfleur: "Je n'avais pas vu ça depuis 36 !"
  27. 28 mars 68: à Rio l’assassinat d’un étudiant déclenche un mouvement de masse
  28. 4 Avril 68: Martin Luther King est assassiné
  29. Alerte à Versailles: 52 % des Français veulent un nouveau mai 68
  30. Merci Jacques Higelin, esprit de 68 
  31. La grève générale de 36 et ses leçons 
  32. 11 avril 68: attentat à Berlin contre Rudi Dutschke
  33. 17 avril 68: victoire politique sur les massacres du « Mé 67 » en Guadeloupe
  34. Ludivine Bantigny - 1968 : de grands soirs en petits matins - vidéo 
  35.  25 avril 68: le mouvement prend son envol à Toulouse
  36.  29 avril 68: Shadocks contre Gibis
  37.  30 avril 68: Première Partie de la série « 1968 »: Mise en jambe
  38. 1 Mai 68: la combativité ouvrière est confirmée

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.