Édition suivie par 266 abonnés

Je me souviens....

59 rédacteurs

À propos de l'édition

Un pêle-mêle de souvenirs à plusieurs voix. Non pas des tartines de nostalgie à s'en coller les doigts (d'ailleurs ce n'était pas forcément "mieux avant"), mais des clins d'œil, des pensées, l'écho

de moments passés, des bouquins lus, des musiques écoutées, des hommages à rendre, des films presque oubliés, des souvenirs de lieux disparus ou des images à partager juste pour ne pas laisser la poussière s'accumuler. Et si possible en polyphonie parce que la plus sûre façon de partager, c'est de jouer la diversité. Si cela ne s'était pas appelé "Je me Souviens", ça aurait aussi pu s'intituler "Grenier commun". Et bien sûr, toutes les générations sont bienvenues, c'est même le but du jeu... On dit souvent que regarder parfois dans le rétro permet d'aller bien plus sûrement de l'avant !

 


  • Édition Je me souviens....

    Idir

    Par | 6 commentaires | 12 recommandés
    idir a vava inouva avec paroles kabyle et trduction français © kabyloscope
    Idir est mort hier.
  • Édition Je me souviens....

    Merci Christiane

    Par | 2 commentaires | 3 recommandés
    51497-hr
    La nouvelle m'est tombée dessus, un dirigeant d'une grande entreprise française, encore jeune, est mort du coronavirus, son nom ne m'était pas inconnu.
  • Édition Je me souviens....

    Semaine Sainte à Séville

    Par | 6 commentaires | 3 recommandés
    Madrugá - Semana Santa Sevilla 2020 #QuédateEnCasa © Ayuntamiento de Sevilla
    C'était en 1979 peut-être...Nous avons passé la semaine à Séville, La Semaine Sainte, dans une Espagne récemment débarrassée de Franco.
  • Édition Je me souviens....

    Le piano

    Par | 4 commentaires | 6 recommandés
    Bonjour à tous, Défi en ces temps de relatif désœuvrement : chaque jour, je posterai ci une nouvelle à lire. Je ne parlerai pas de confinement, promis ! N'hésitez pas à commenter, à donner votre avis... Un thème général : les objets. Aujourd'hui, nouvelle n°5 : le piano. Bonne lecture !
  • Édition Je me souviens....

    La scie.

    Par | 1 commentaire | 1 recommandé
    Bonjour à tous, Défi en ces temps de relatif désœuvrement : chaque jour, je posterai ci une nouvelle à lire. Je ne parlerai pas de confinement, promis ! N'hésitez pas à commenter, à donner votre avis... Un thème général : les objets. Aujourd'hui, nouvelle n°4 : la scie. Bonne lecture !
  • Édition Je me souviens....

    Le Nain Jaune

    Par | 2 commentaires | 2 recommandés
    Bonjour à tous, Défi en ces temps de relatif désœuvrement : chaque jour, je posterai ci une nouvelle à lire. Je ne parlerai pas de confinement, promis ! N'hésitez pas à commenter, à donner votre avis... Un thème général : les objets. Aujourd'hui, nouvelle n°3 : le Nain Jaune. Bonne lecture !
  • Édition Je me souviens....

    Le poulailler.

    Par | 5 commentaires | 4 recommandés
    Bonjour à tous, Défi en ces temps de relatif désœuvrement : chaque jour, je posterai ci une nouvelle à lire. Je ne parlerai pas de confinement, promis ! N'hésitez pas à commenter, à donner votre avis... Un thème général : les objets. Aujourd'hui, nouvelle n°2. Bonne lecture !
  • Édition Je me souviens....

    Un jardin de grand-mère

    Par | 5 commentaires | 6 recommandés
    Bonjour à tous, Défi en ces temps de relatif désœuvrement : chaque jour, je posterai ci une nouvelle à lire. Je ne parlerai pas de confinement, promis ! N'hésitez pas à commenter, à donner votre avis... Un thème général : les objets. Bonne lecture !
  • Édition Je me souviens....

    Pour rien au monde…

    Par | 25 commentaires | 14 recommandés
    En écho à l’article de Faïza Zerouala « “Je n’y retournerai pour rien au monde” : la grande déprime des enseignants », un petit texte dédié à tous les enseignants que j’ai un jour lâchement abandonnés.
  • Édition Je me souviens....

    Je me souviens des spaetzles d’Annette

    Par | 27 commentaires | 23 recommandés
    Lorsque j’entendais Annette battre longuement ce que je savais être des œufs, le petit gars d’Aquitaine que j’étais se précipitait dans la cuisine pour la voir faire et chaparder un peu de pâte coulante sur le doigt avant qu’elle ne soit trop liquide. La cérémonie des spaetzles commençait.