Hebdo du Club #63 : la justice sociale au coeur du débat

Instrumentalisation du débat sur l'immigration, bilan d'étape du mouvement des gilets jaunes, urgence climatique, tous ces sujets ont traversé la vie du club cette semaine avec comme vecteur commun la régression de la justice sociale... Mais nos contributeurs veillent au grain.

https://blogs.mediapart.fr/edition/lhebdo-du-club/article/190919/hebdo-du-club-62-ici-ecoute-les-reproches-des-lecteurs/commentaires https://blogs.mediapart.fr/edition/lhebdo-du-club/article/190919/hebdo-du-club-62-ici-ecoute-les-reproches-des-lecteurs/commentaires


Je ne suis pas raciste mais…

Les propos d'Emmanuel Macron sur l'immigration prononcés lors de la réunion de la majorité LREM le 16 septembre ont suscité de nombreuses réactions auprès des contributeurs. C’est André Rebelo, syndicaliste et militant associatif, pour le blog Climat Social qui résume le plus vivement un sentiment partagé par de nombreux abonnés sur cette étrange rentrée Écologie contre racisme : ce que les faux discours sur l'immigration veulent dire : « Rares furent les rentrées où l’actualité politique en matière de racisme aura été aussi chargée… Depuis les assauts de l’extrême-droite sur le pseudo racisme anti-blanc, en passant par la création à la Commission Européenne d'un portefeuille en vue de la "Protection du mode de vie européen", jusqu’à l’offensive imminente de Macron contre les migrant.e.s à l’Assemblée… Les effluves de l’intolérance se revigorent petit à petit jusqu’à nous embourber tout à fait dans les boues sombres de la haine. Pour autant ces attaques conservatrices n’ont pas que pour seul objectif de couper l’herbe sous le pied du Rassemblement National. Elles sont parties prenantes d’une tâche plus profonde encore : celle de la perpétuation du non-partage…»

Avec la ferveur habituelle de sa plume poétique, Mouloud Akkouche se positionne lui aussi dans son billet Élections, piège à immigrés sur cet énième recyclage de la stratégie du bouc émissaire : « C'est reparti pour un tour. Des décennies de la même chanson. Les paroles et les interprètes plus ou moins différents d'une élection l'autre. L'immigré se retrouve toujours coincé. Alors qu'il ne voudrait pas grand-chose. En tout cas pas plus, ni moins, que la majorité des individus de ce pays. Qu'on lui foute la paix. Et qu'il puisse être un jour "urnes out"...Des marionnettes de chair et d'os désarticulés à chaque élection et oubliés après dans un coin de la République. De quoi rêvent chacun de ces millions de jouets des urnes ? Être un habitant lambda de France. »

Outch https://blogs.mediapart.fr/fred-sochard/blog/200919/outch © Fred Sochard Outch https://blogs.mediapart.fr/fred-sochard/blog/200919/outch © Fred Sochard

Mehdi Thomas Allal, maître de conférence à science-po, se propose de remonter un peu dans le temps dans son billet L’immigration, un débat récurrent qui mérite un autre sort : « la montée du Front/Rassemblement national a poussé les gouvernements successifs à une surenchère électorale fort dommageable pour la cohésion sociale... De nombreux essayistes "déclinistes" français, tels que Renaud Camus, Eric Zemmour ou encore Laurent Bouvet, ont préparé le terrain, y compris à gauche de l’échiquier, en se réjouissant, voire en tentant, de raccrocher la montée des partis populistes européens aux atermoiements de nos dirigeants relatifs aux politiques migratoires. »

 GTK rappelle à propos les mots du alors candidat Emmanuel Macron « L’immigration est une chance pour la France » le 2 mars 2017Et de conclure « C’est grave de changer d’avis ? Quand on parle d’immigration, quand on se sert de l’immigration, des immigrés, des personnes les plus vulnérables, alors qu’on sait que c’est le dada de l’extrême droite, ce n’est pas grave, c’est inexcusable et indigne. »

 Cette légitimation des thèses de Marine Le Pen par Emmanuel Macron est également soulignée par Albert Herszkowicz, militant antiraciste et président de l'association Mémorial98 : « En prétextant que "la question est de savoir si nous voulons être un parti bourgeois ou pas". Celui qui apparaît comme le "président des riches" a recours à la démagogie la plus nauséabonde afin de justifier son choix de s’en prendre aux plus faibles et de les désigner comme cibles de la vindicte prétendument "populaire" Celui qui a accumulé les déclarations les plus méprisantes à l’égard des salarié.e.s  et personnes sans emploi se présente tout à coup comme voulant rompre avec les bourgeois. »

https://www.mediapart.fr/journal/france/230919/macron-rattrape-par-macron/commentaires https://www.mediapart.fr/journal/france/230919/macron-rattrape-par-macron/commentaires

Marugil, Citoyen, avec son 176e billet sous forme d’anaphore Qu'est-ce qu'un parti bourgeois ? fait un sort ironique et pourtant si réaliste à ce renversement des valeurs : « Être un parti bourgeois, ce n’est pas supprimer l’impôt sur la fortune. Être un parti bourgeois, ce n’est pas réduire la fiscalité sur les dividendes et les plus-values. Être un parti bourgeois, ce n’est pas permettre aux entreprises de licencier plus facilement et à moindre coût. Être un parti bourgeois, ce n’est pas diminuer les allocations logement. Être un parti bourgeois, ce n'est pas augmenter la CSG sur les retraites. Être un parti bourgeois, ce n’est pas durcir les conditions d’indemnisation des chômeurs. »

Même résultat pour le toujours mordant Bruno Painvin : Mais non ! Macron n'est pas de droite, voyons !

https://www.mediapart.fr/journal/france/230919/macron-rattrape-par-macron/commentaires https://www.mediapart.fr/journal/france/230919/macron-rattrape-par-macron/commentaires

Régression sociale

Les contributeurs ne sont pas dupes de ce faux-semblant qu’ils estiment être un trompe-l’œil qui cache toujours et encore une restriction de la justice sociale : ré-évaluation de l'aide médicale pour les migrants, réforme des retraites ou encore nouvelles règles de l'assurance chômage.

Dan Lert, juriste au sein de l’AP-HP, revient sur la remise en cause de l'aide médicale pour les migrants qui relève de « l'indignité comme politique » car au contraire « Le maintien de l’AME, son intégration au régime général de l’Assurance Maladie et une révision drastique de la politique migratoire sont seuls à même de mettre nos principes fondamentaux à hauteur de l’exigence d’égalité et de fraternité. »

Dans une lettre ouverte à Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé, On n'instrumentalise pas la santé des migrant-e-s à des fins politiciennes, le collectif Accueil De Merde exprime : « sa profonde inquiétude quant à la menace qui pèse sur l’Aide Médicale d’État seul dispositif permettant aux résidents sans-papiers ou en attente de papiers d’accéder à des soins. Cette énième remise en cause de l’AME ne nous surprend pas, tant le dispositif a fait l’objet depuis 10 ans d’un travail de sape systématique de la part de politiques de droite et d’extrême droite, au nom de contre-vérités éternellement remâchées. »

https://www.mediapart.fr/journal/economie/250919/reforme-du-chomage-l-unedic-chiffre-les-degats-les-syndicats-attaquent/commentaires https://www.mediapart.fr/journal/economie/250919/reforme-du-chomage-l-unedic-chiffre-les-degats-les-syndicats-attaquent/commentaires

Yves Faucoup, dans son billet Retraites : réforme injuste et injustifiée,  souligne que si Édouard Philippe a reconnu la semaine dernière devant le Conseil économique social et environnemental (CESE) et dans la foulée du Conseil d’Orientation des Retraites (COR) qui considère que le système est "quasiment revenu à l’équilibre depuis 2017", « au grand dam de ceux qui dramatisent depuis des années la situation pour obtenir une réforme systémique et à terme un système par capitalisation faisant la part belle aux assurances privées [...] le rapport Delevoye cherche à rassurer en affirmant que le nouveau système garantira les droits acquis dans l’ancien système… mais c’est bien parce que le nouveau sera moins favorable que l’ancien ». Selon lui, « la même propagande, qui est parvenue à convaincre les jeunes générations qu’elles n’auront pas de retraite pour qu’elles acceptent n’importe quelle réforme, répandra l’idée d’une injustice face à tous ces retraités qui auront de meilleures retraites, on cherchera à faire admettre de nouveaux reculs. » et de conclure « dans la réforme des retraites, les perdants savent qu’ils le seront, les gagnants eux ne le savent pas. Car il n’y en aura pas. »

Suite à son billet sur le véritable salaire des enseignants qui a beaucoup circulé, Pascal Fourier poursuit son travail d'analyse chiffrée avec : Enseignants : une baisse de 30% des retraites à venir : « La seule chose qui pourrait contrebalancer les effets pour les enseignants de la réforme des retraites prévue par le gouvernement, c'est une hausse de 30% des salaires. Or cette hausse n'aura pas lieu, peut-on l'ignorer... Une raison, assurément, de se mettre en grève, même si trop de syndicats enseignants sont bien timides. »

Did2019 s'essaie à un débat plus large avec son Idées reçues sur la dette publique « Depuis 15 ans, la dette publique hante les débats. La dette publique et la compétitivité sont devenues l'alpha et l'oméga du discours néolibéral. Elles sont constamment présentées sous une forme culpabilisatrice (nous vivons au dessus de nos moyens, nous ne sommes pas assez compétitifs) voire dramatique (il faut sauvegarder nos petits enfants), pour faire accepter par la population des mesures régressives. Son pouvoir culpabilisateur est un prétexte à toutes les régressions sociales. Cette focalisation n'a pourtant pas lieu d'être, car la dette publique est l'arbre qui cache la forêt. Une forêt de dettes privées plus ou moins toxiques, jamais sous les projecteurs, alors même qu'elles sont responsables de toutes les grandes crises économiques. »

 

Gilets jaunes, un bilan d’étape 

Autour de moi le silence © Bulles jaunes Autour de moi le silence © Bulles jaunes

Ce mois de septembre est également l’occasion pour de nombreux contributeurs d’un bilan d’étape du mouvement des gilets jaunes. Sous forme de témoignage, ou de manière plus analytique, la lutte pour une justice sociale reste la matrice d’un récit à inventer.

À la veille de l’acte 45, Jek Adit dans son Vous êtes le Bloc ! interroge ses souvenirs qui font désormais histoire commune et les espoirs d’une convergence jaune, vert, rouge et noir : « Nous sommes tous "le Bloc ". Quarante cinq actes. Quel bordel! Il s’en est passé une chiée d’événements au cours de cette année. Des ronds points à l’arc de triomphe, des péages jusqu’à la porte de Griveaux en passant par le "Fouquet’s"... Pourtant le monde n’est pas plus beau qu’avant le 17 Novembre 2018. »

Mačko Dràgàn toujours inspiré voit la vie en jaune et partage de ses doutes préliminaires à son adhésion petit à petit à une extension de la logique des luttes. Si le jaune a longtemps été associé à la trahison, pour lui désormais Le jaune est une couleur chaude : « Une utopie, vous dites ? Certes. Mais il est des moments où les utopies paraissent étonnement concrètes, et où leur réalité nous frappe avec une douceur qui nous fait oublier, l’espace d’un instant, le choc des matraques – un choc qui, lui, malgré tout, ne pourra jamais faire taire l’appel du désir, de la liberté et du rêve. »

https://blogs.mediapart.fr/macko-dragan/blog/200919/le-jaune-est-une-couleur-chaude/commentaires https://blogs.mediapart.fr/macko-dragan/blog/200919/le-jaune-est-une-couleur-chaude/commentaires

De façon plus analytique Serge Marquis, secrétaire de rédaction, dresse des Gilets jaunes, un  bilan d'étape : « Il faut magnifier l’aspect inattendu mais espéré de ce mouvement... Ses actions protéiformes, qui se démultiplient comme un virus informatique venant frapper de plein fouet "la société officielle"...Toutefois, ne nous y trompons pas…Il a manqué, au minimum, une orientation stratégique capable, déjà, de proposer à la nation une formule politique alternative au pouvoir. »

https://www.mediapart.fr/journal/france/220919/le-maintien-de-l-ordre-ne-doit-pas-entraver-le-droit-de-manifester/commentaires https://www.mediapart.fr/journal/france/220919/le-maintien-de-l-ordre-ne-doit-pas-entraver-le-droit-de-manifester/commentaires

Derrière un titre lumineux Nous sommes le mur et la distance  Jean-Charles Aknin, technicien réalisateur de l'audiovisuel public, interroge le tissu commun des gilets jaunes et questionne son devenir sous l’injonction "Il nous faut un récit" : « Pour parler de nous, gilets jaunes, au début nous parlions de nos difficultés à vivre décemment, de nos problèmes d'argent, de frigo vide, de déclassement social et enfin de notre misère. Et nous continuons de le faire tant ces sujets restent d'actualité. Par cet "appel des pauvres" nous avons été identifiés comme tels, mais les choses ne sont pas si simples... Il est temps d'entrer dans la nuance, de l'expliciter, de contourner les pièges et de sonder enfin notre/nos identités... Notre "récit" commence avec notre sensibilité à l'injustice sociale... Nous, gilets jaunes, sommes le peuple de la caverne qui a cessé de regarder flotter les ombres sur la paroi. »

Citons également le magnifique travail de Bulles Jaunes, Autour de moi, le silence, qui depuis des mois documente et les mots et les silences qui tiennent la boule au ventre : « Ça fait plusieurs mois maintenant que je vois défiler les images de ces gueules cassées. Les larmes aux yeux, la boule au ventre, tandis qu’autour de moi, la vie continue, dans un silence assourdissant. Comme si rien n’avait changé. Comme si tout cela était normal. Pour combien de temps encore ? »

Enfin, car toujours contrepoint il faut, B. Girard, fidèle au poste, interpelle « Après avoir saboté le mouvement social (saison 1), les gilets jaunes lancent leur second chantier (saison 2) : le sabotage de la lutte pour le climat.»

https://blogs.mediapart.fr/mithra-nomadeblues/blog/210919/quest-ce-que/commentaires https://blogs.mediapart.fr/mithra-nomadeblues/blog/210919/quest-ce-que/commentaires

« Qu’ils aillent manifester en Pologne...»

Si la marche pour le climat a suscité de nombreux appels à participation publiés sur le site, elle a également été l’occasion de jeter un regard plus prospectif sur l’évolution passée et à venir des questionnements sur ces problématiques climatiques.

Luis Cab, nouveau contributeur, relève dans son premier billet publié Dérèglement sémantique - Humeur climatique  que « face aux remises en question incessantes de la part des éternels sceptiques à l'encontre des mobilisations pour le climat il n'y a pas d'autre réponse que celle scientifique et factuelle. La Terre ne peut être réduite uniquement au biotope de l'humanité. Car les combats que nous devons mener ne sont pas contre le climat, ni une lutte contre le réchauffement climatique à proprement parler. Nous sommes là dans une confrontation des idéaux de notre existence.  La question doit être celle de nos choix, du modèle que nous souhaitons suivre et des valeurs à placer au centre de nos vies individuelles et collectives. »

Arthur Devriendt, avec «Fridays for Future» : radiographie d’un mouvement social en devenir ?, partage une enquête réalisée par différents chercheurs européen sur le profil des participants au marche pour le climat et leurs motivations. Il souligne une hétérogénéité plus importante qu’attendue et s'interroge « s'agit-il d'un nouveau mouvement social pour autant ? ».

https://www.mediapart.fr/journal/international/240919/la-campagne-pour-l-interdiction-des-armes-nucleaires-marque-quelques-points/commentaires https://www.mediapart.fr/journal/international/240919/la-campagne-pour-l-interdiction-des-armes-nucleaires-marque-quelques-points/commentaires

« Mais cornegidouille, pourquoi imposent-ils (quasiment) tous d'aller voir sur un événement Facebook pour trouver les informations pratiques (lieu, horaire... ) ?» questionne à juste titre Groucho Vert : 20 - 21 septembre, Marche pour le climat... une exclu Facebook?

Pierre Sassier, militant de longue date des causes écologiques relève de son coté les mutations du climatoscepticisme, qui, « en manque d'arguments sur le fond, attaque les personnalités qui portent la mobilisation contre le réchauffement climatique, parfois avec des déclarations révélant un manque total de dignité. L'exemple le plus évident est celui de la jeune Greta Thunberg ».

https://www.mediapart.fr/journal/international/120919/greta-thunberg-new-york-nos-yeux-sont-braques-sur-les-leaders-du-monde/commentaires https://www.mediapart.fr/journal/international/120919/greta-thunberg-new-york-nos-yeux-sont-braques-sur-les-leaders-du-monde/commentaires

Georges à Clermont, psychologue en retraite et militant associatif, documente dans un exhaustif portfolio (hélas trop rares sur le site, appel à qui veut bien entendre) sur la marche pour le climat et la justice sociale à Clermont-Ferrand

 

Pendant ce temps-là

 Le Parlement européen manipule l'histoire et la mémoire par Heimbergch : le Parlement européen a adopté le 19 septembre une résolution "sur l'importance de la mémoire européenne pour l'avenir de l'Europe". Notre contributeur historien s’inquiète : « La résolution du Parlement est un monument de relativisme et de brouillage de toute intelligibilité du passé. Fruit d'un compromis particulièrement malsain où chacun peut tirer son épingle du jeu, à l'Est comme à l'Ouest, à droite comme au centre-gauche, ce texte contient des affirmations extrêmement graves et tout à fait inacceptables. »

La Quadrature du Net ouvre la bataille contre la Technopolice : « La Smart City révèle enfin son vrai visage : celui d’une mise sous surveillance totale de l’espace urbain à des fins de contrôle. De Nice à Valenciennes en passant par Toulouse, Saint-Étienne, Strasbourg ou Paris, la surveillance massive s’ancre dans l’urbanité. Reconnaissance faciale, police prédictive, surveillance en temps réel des réseaux sociaux. » C'est pourquoi La quadrature du net lance un appel à participation via la plateforme Technopolice

Les étrangers indésirables coincés entre fichage généralisé et barrages informatiques par Fini De Rire : Le 9 septembre 2019, une trentaine d'associations de solidarité ont déposé un recours devant le Conseil d’État afin d’obtenir en référé la suspension de la circulaire relative à la transmission d'information nominative par les 115-SIAO et l'OFII, arguant qu'elle remet en cause le principe d’inconditionnalité de l’accueil dans l’hébergement et qu'elle porte une atteinte grave à la protection des données personnelles et individuelles des personnes sans domicile fixe hébergées. »

https://blogs.mediapart.fr/christian-creseveur/blog/180919/le-vice-president-danticor-vise-par-une-enquete-administrative © Christian Creseveur https://blogs.mediapart.fr/christian-creseveur/blog/180919/le-vice-president-danticor-vise-par-une-enquete-administrative © Christian Creseveur

Le salon du Off-road nous enfume par Bonneau Alain : à l'heure où les signaux sont au rouge en matière de réchauffement climatique, le salon Off-road ne trouve rien de mieux que de proposer des randonnées en 4X4 dans le Haut-Adour. 

Formation syndicale et contrôle administratif  par Paul Devin : « La rectrice de Grenoble a annoncé sa volonté de contrôler les stages syndicaux en interdisant les contenus pédagogiques dont elle voudrait qu’ils constituent une prérogative exclusive de l’institution. Au-delà de la réalité évidente et établie d'un droit, est-il raisonnable que l'administration considère la formation syndicale comme dangereuse au point de vouloir la contrôler. »

Enfin profitons-en pour saluer le travail remarquable de Marcuss dans sa collecte de témoignage publiés dans l’édition participative écrire pour exister : Ma dignité perdue dans la rue

https://blogs.mediapart.fr/mithra-nomadeblues/blog/210919/quest-ce-que/commentaires https://blogs.mediapart.fr/mithra-nomadeblues/blog/210919/quest-ce-que/commentaires


***

Bienvenue aux nouvelles contributrices :

Ça bouge en Tunisie! Entretien avec deux féministes en action, Hélène Desbos publie un entretien vivifiant et plein d'humour avec deux militantes féministes tunisiennes.
La Honte du Retour, Meli Anna dans un reportage riche partage les questionnements des migrants de retour au Sénégal à travers les yeux et les paroles de leurs mères.
Monsieur le Président, donnez-nous les moyens de lutter contre la pauvreté !, Caterina Orlandi partage une tribune cosignée par de nombreuses associations dont la LDH.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.