9 mai 68 : les travailleurs de la Wisco, premiers occupants victorieux

N°46 de la série "1968"qui en comptera plus de 100 sur l'année. Le 9 mai 68, les travailleurs de la Wisco dans les Ardennes qui occupent depuis veille font céder le patron et ses CRS. Prochain article: "9 mai 68: les travailleurs de Wisco, premiers occupants victorieux"

9 mai 2018

crs-0601
Mai 68 n’a commencé ni à Nanterre ni à Paris. La grève générale est le fruit d’un montée les luttes ouvrières et de la jeunesse depuis plusieurs années, comme amplement démontré dans cette série « 1968 ». Une preuve de plus avec l’exemple de l’usine métallurgique Wisco à Givet (Ardennes). 

Le patron refuse depuis avril d’y appliquer une convention collective régionale. Les ouvriers font une série de  débrayages sans résultat. Ils se mettent en grève le 8 mai et le 9 mai, et à 2 heures du matin ils occupent. Le patron fait appel à deux pelotons de gendarmerie et à un huissier. Les grévistes se barricadent dans le bâtiment. Des syndicalistes CFDT, CGT et FEN viennent en cortège les soutenir. Les pelotons de gendarmerie les délogent. Mais le préfet qui craint des « incidents» dans le contexte de l’ « agitation gauchiste », et obtient du patron l'application de la convention collective. Les premiers “occupants” de mai rentrent victorieux chez eux. 

Dans le même temps…

Le mouvement s’étend et s’intensifie chez les étudiants en province, notamment à Nantes, Rennes, Strasbourg et Toulouse. À Lyon des ouvriers se joignent aux manifestations étudiantes. A Dijon, la manifestation est co-organisée par UNEF, CGT et CFDT. À Paris, les leaders étudiants annoncent leur intention d’occuper la Sorbonne dès le départ des forces de l’ordre. Le ministre de l’Éducation nationale Alain Peyreffite déclare que la Sorbonne restera fermée jusqu'au retour au calme.

Le 9 mais a lieu une rencontre CGT- CFDT : totale identité de vue des deux organisations quant à l’action commune. Puis, rencontre des deux organisations, conduites respectivement par Georges Séguy et Eugène Descamps, avec l’UNEF en vue de déterminer les conditions d’une action commune. Les discussions donneront lieu le lendemain à un accord, auquel la FEN se rallie, mais pas FO.

Première séance de l’Assemblée, le 9 mai 1968, consacrée aux événements du Quartier latin. Voici ce que Maurice Grimaud, Préfet de Police de Paris, en dit dans son livre « En mai fais ce qu’il te plait » (1977): « Les jeunes ont un regard aigu, sans complaisance, qui refuse les faux-semblants. Ils voyaient bien qu’à laisser simplement aller le poids des choses, l’argent était gagnant à tous les coups, alors qu’il eût fallu, avec courage et détermination, comme l’avaient promis dans la longue nuit de l’Occupation ceux qui demain allaient mourir, forcer les voies de la justice et d’une vraie fraternité. Ces pensées, plus d’un adulte les médita en les premiers jours de Mai, et des choses justes et lucides seront dites quelques jours plus tard à l’Assemblée nationale, lors d’un débat qui ne manqua pas de sincérité mais qui aurait gagné à être plus sobre et moins chargé de rancœurs partisanes. Hélas, un gouvernement qui est obligé chaque jour de compter ses voix et de faire face aux problèmes contradictoires de chaque heure, est bien incapable de ces révisions déchirantes.»  (p. 89)

9-mai-jcr
Le meeting de la JCR à la Mutualité, prévu de longue date et sur le thème prémonitoire « De la révolte à la révolution » est ouvert à tous, donnant la parole aux différents courants du mouvement. Le PC et ce qu’il reste de l’UEC tentent de faire pièce au Cirque d’hiver… Ici le tract d’appel de la JCR.

 

Le même jour…

  • Certaines classes terminales de lycée se mettent en grève.
  • On peut lire dans Valeurs Actuelles: « Ce n’est pas non plus l’effet du hasard si Herbert Marcuse se trouvait à Paris la semaine dernière pendant toute la durée des émeutes.Un colloque sur Marx financé par l’Unesco avait été l’occasion de sa présence ». Peu de temps avant, sortait la traduction en Français de « L’homme unidimensionnel ».
  • Défaite écrasante des travaillistes aux élections municipales d'Angleterre et du pays de Galles.
  • Après un sommet improvisé entre 5 pays du Pacte de Varsovie à Moscou, appels préoccupés de Radio Prague. Les deux pays réformistes, La Tchécoslovaquie et la Roumanie, sont absents. La délégation de l’Allemagne de l’Est mène une attaque contre la Printemps de Prague.
  • Viet-Nam : A peine arrivé à Paris, Xuan Thuy, chef de la délégation nord-vietnamienne, réclame la suspension des bombardements américains et affirme que durant la première phase des entretiens, il représentera aussi le FNL sud-vietnamien.

**********************************

50 ans plus tard...

*********************************

Articles déjà publiés dans ma série « 1968 »

  1. 5 Janvier 68: Dubcek accède au pouvoir en Tchécoslovaquie
  2. "Eh bien non, nous n'allons pas enterrer Mai 68", par A. Krivine et A. Cyroulnik
  3. 26 Janvier 68: Caen prend les devants
  4. 27 janvier 68: les lycéens font collection de képis de policiers
  5. 29 Janvier 68: Fidel écarte les dirigeants pro-soviétiques
  6. 31 janvier 68: Vietnam, l’offensive d’un peuple héroïque
  7. Mai 2018 : sous les pavés la rage, par Jacques Chastaing
  8. Mai 68 vu des Suds
  9. 6 Février 68: grand Charles et grand cirque à Grenoble
  10. 14 février 68: combat pour le cinéma
  11. 17-18 Février 68: La jeunesse européenne avec le Vietnam
  12. Mai 68 n’a pas commencé en mai, ni en mars, ni au Quartier Latin, ni à Nanterre
  13. 24 Février 68: Plate-forme commune FGDS- PCF
  14. 26 février 68: L'aéroport c'est déjà non, et au Japon
  15. 1er Mars 68: bataille romaine de Valle Giulia
  16. Mai 68: des conséquences "positives" pour 79% des Français
  17. 1968: le père De Gaulle et la tante Yvonne, ça suffit !
  18. 8 mars 68 : révolte étudiante en Pologne
  19. 11 mars 68 : les affrontements de Redon donnent le ton
  20. A retenir: le 23 Juin, colloque "Secousse et répliques de Mai-Juin 68"
  21. 15 Mars 68: Répression sauvage en Tunisie et rêverie dans Le Monde
  22. 16 mars 68: My Lai, un Oradour sur Glane perpétré au Vietnam
  23. 18 Mars 68: début du Mai sénégalais
  24. 20 mars 68: Karameh, une victoire de la Palestine 
  25. 22 mars 68: Nanterre allume la mèche
  26. 25 Mars 68 à Honfleur: "Je n'avais pas vu ça depuis 36 !"
  27. 28 mars 68: à Rio l’assassinat d’un étudiant déclenche un mouvement de masse
  28. 4 Avril 68: Martin Luther King est assassiné
  29. Alerte à Versailles: 52 % des Français veulent un nouveau mai 68
  30. Merci Jacques Higelin, esprit de 68 
  31. La grève générale de 36 et ses leçons 
  32. 11 avril 68: attentat à Berlin contre Rudi Dutschke
  33. 17 avril 68: victoire politique sur les massacres du « Mé 67 » en Guadeloupe
  34. Ludivine Bantigny - 1968 : de grands soirs en petits matins - vidéo 
  35. 25 avril 68: le mouvement prend son envol à Toulouse
  36. 29 avril 68: Shadocks contre Gibis
  37. 30 avril 68: Première Partie de la série « 1968 »: Mise en jambe
  38. 1 Mai 68: la combativité ouvrière est confirmée
  39. 2 Mai 68: Nanterre est fermé
  40. 3 mai 68: les cinq erreurs du préfet de police Grimaud
  41. 4 Mai 68: Heurts et malheurs de "Groupuscules dirigés par un anarchiste allemand"
  42. 5 mai 68: un dimanche pas comme un autre
  43. 6 Mai 68: « Libérez nos camarades »
  44. 7 mai 68: L'Assemblée nationale, l’Elysée ? Du théâtre, du cinéma !
  45. 8 mai 68: « L’Ouest veut vivre »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.