Édition suivie par 273 abonnés

Je me souviens....

58 rédacteurs

À propos de l'édition

Un pêle-mêle de souvenirs à plusieurs voix. Non pas des tartines de nostalgie à s'en coller les doigts (d'ailleurs ce n'était pas forcément "mieux avant"), mais des clins d'œil, des pensées, l'écho

de moments passés, des bouquins lus, des musiques écoutées, des hommages à rendre, des films presque oubliés, des souvenirs de lieux disparus ou des images à partager juste pour ne pas laisser la poussière s'accumuler. Et si possible en polyphonie parce que la plus sûre façon de partager, c'est de jouer la diversité. Si cela ne s'était pas appelé "Je me Souviens", ça aurait aussi pu s'intituler "Grenier commun". Et bien sûr, toutes les générations sont bienvenues, c'est même le but du jeu... On dit souvent que regarder parfois dans le rétro permet d'aller bien plus sûrement de l'avant !

 


  • Édition Je me souviens....

    Souvenirs "marquants" des années maternelle et collège !

    Par | 16 commentaires | 2 recommandés
    Je me souviens de ce jour ou je suis tombée de la balançoire à deux. Dans la cour de l’école, il y avait une balançoire ou chacun s’assoit à un bout et par une pression des pieds au sol la balançoire monte et descend, avec ma meilleure copine de maternelle Béatrice, nous adorions nous balancer. 
  • Édition Je me souviens....

    "Souvenir au présent"

    Par | 7 commentaires | 3 recommandés
    Bon, ben, je me souviendrai de ce demi siècle...Mouvement de protestation et de revendication dans tout le pays, c'est décidément un bon jour...un jour nécessaire. Alors quoi, je passerai maintenant du temps à me souvenir, non pas plus qu'avant!
  • Édition Je me souviens....

    Je me souviens des amitiés de l'enfance

    Par | 47 commentaires | 10 recommandés
    J'avais 6 ans, j'errais souvent par ci, par là. Ce qui m'amenait régulièrement sous les quais de la gare, sis sur la ligne de sceau à la croix de Berny. L'œil et l'âme attirés par ces grands trains vus d'en bas. Ces grandes roues surmontées de wagons m'impressionnaient, arrivant par ces perspectives fascinantes que sont les rails. Sous le quai, j'y tenais presque debout. J'y entraînais mon meilleur ami.Je crois que mes parents ne l'ont jamais su.
  • Édition Je me souviens....

    Je me souviens de Wœrth (un cadeau de Tonymaj)

    Par | 21 commentaires | 6 recommandés
    Tonymaj, dont le nom figure depuis un moment en gris au fronton de l'édition, nous a adressé un petit cadeau: ce "Je me souviens" tout à fait d'actualité... et ciselé comme lui seul sait les concocter. Un grand merci à lui ! En espérant que de passager clandestin du navire, il ait bientôt envie de nous revenir en personne pour écrire ici même et de sa propre main !
  • Édition Je me souviens....

    Je me souviens de ma première rencontre avec la Nostalgie...

    Par | 10 commentaires | 5 recommandés
    C'était sur la Seine, vers le pont de Suresnes ou la passerelle de l'Avre. Je m'étais un peu perdue, impossible de trouver la péniche où m'attendait un charmant garçon.
  • Édition Je me souviens....

    Tunis 1906

    Par | 24 commentaires | 5 recommandés
    Tunis 1906 Tunis 1906
  • Édition Je me souviens....

    Je me souviens des Sprague-Thomson

    Par | 73 commentaires | 8 recommandés
    sprague-thomson5 sprague-thomson5
    La volée de marches qu’on dévale, la porte battante qu'on tire quand il y a écrit «poussez» ou qu’on pousse lorsqu’il y a écrit «tirez». Le métro est un des seuls lieux où l’on a coutume de « s’engouffrer » — à croire que ce mot aurait été inventé exprès pour la RATP. Et l’entrée de quel autre édifice a-t-elle la particularité de s’appeler une «bouche»?
  • Édition Je me souviens....

    "La galère, cette courge, coquille de Cendrillon..." *

    Par | 7 commentaires | 3 recommandés
  • Édition Je me souviens....

    Fumée, vodka et Bernard Pivot....

    Par | 14 commentaires | 1 recommandé
  • Édition Je me souviens....

    Je me souviens d’Haïti

    Par | 13 commentaires | 2 recommandés
    1985. Bruce Springsteen chante Born in the USA dans mon balladeur à cassettes. Casque autour du cou, je voudrais passer pour un vieil habitué des voyages intercontinentaux. Ma timidité d’adolescent et ma candeur me poussent à en faire trop. Je n’arrête pas de répéter à mes compagnons de voyage « je vous l’avais dit : c’est le plus beau pays du monde ». Comme si, du haut de mon adolescence, je les connaissais tous. Je monte dans l’avion, je rentre en France. Je me souviens d’Haïti.