• Notre choix

    Crack à Paris : réponse d'un habitant au Préfet et au Procureur de la République

    Par
    [Rediffusion] Crack : pour refuser les salles de consommation, la Préfecture et le parquet défendent leur « politique de dispersion »... Une politique totalement inefficace depuis 25 ans ! Lettre ouverte au préfet Didier Lallement et au procureur Rémy Heitz.
  • Des jardins, des ponts, pas de barrières

    Par
     © Ptit dej solidaire © Ptit dej solidaire
    [Rediffusion] On tombe dans le crack comme on tombe dans un piège. Ça empêche de voir autour, de se souvenir de tout ce qu’on a quitté, des gens qu’on a aimés. Depuis la décision de cantonner les consommateurs de crack autour des Jardins d’Eole, les rues du quartier sont devenues difficilement vivables et les jardins deviennent un enfer à ciel ouvert. Les «P’tits Déjs Solidaires» demandent que ceux qui en sont responsables cessent de les réduire à un piège.
  • Crack à Stalingrad : pour une prise en charge médicale et sociale des toxicomanes

    Par
    [Rediffusion] La situation actuelle nous rappelle que la consommation de crack est étroitement associée à la misère matérielle et au désespoir des personnes toxicomanes. De ce point de vue, les opérations strictement policières de dispersion et de renvoi des personnes précaires pour « nettoyer les quartiers » ne sont pas des réponses dignes et durables à la situation.
  • Édition Bookclub

    Portrait d'un fumeur de crack en jeune homme

    Par
    [Rediffusion] Bill Clegg est agent littéraire, il a, comme on le dit communément «tout pour lui», jeune, new-yorkais, talentueux, une vie facile, dans un milieu cultivé, un compagnon cinéaste, Noah. «De loin, ça ressemble à une vie enviable». Bill Cleg a tout, mais.

Les invités de Mediapart

Faire culture : une cause commune

Au lendemain d’un « accord historique rassemblant dans la campagne législative les forces de progrès », des artistes, acteurs culturels, militant·es associatifs et de l'éducation populaire, appellent à investir la Nupes et à « ouvrir grand les fenêtres à une nouvelle ère de la démocratie culturelle. »

Lettre ouverte des habitants de l’Ambassade des immigrés à Emmanuel Macron

Depuis plus d’un mois, des sans-papiers et réfugiés à la rue occupent un immeuble vide possédé par une  filiale de la Société générale, vide depuis des années, en plein cœur de Paris. Dans une lettre ouverte, ces habitants de « l’Ambassade des immigrés » soutenus par de nombreux collectifs et personnalités politiques et artistiques interpellent Emmanuel Macron. « Nous voulons les mêmes droits et la même considération que les Ukrainiens, que les migrants qui sont blancs. »
Tous les blogs
Le blog de Collectif La Traverse

Le blog de Collectif La Traverse

Dernier billet :

Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !

Par
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
Le blog de martin rieussec

Le blog de martin rieussec

Dernier billet :

Cancers des enfants et des jeunes, 1 - 0 pour les pollueurs

Par
Cas de cancers chez les enfants de plus en plus fréquents. Sentiments d’impuissance de la part des citoyens et des victimes. Organismes publics défaillants… Tout est réuni pour que des pollueurs continuent à s’en mettre plein les poches. Mais le statu quo ne doit plus durer. A nous de faire stopper ce scandale. Les solutions existent.
Toutes les éditions
WALDEN-BONOBO OU LA VIE DANS LES PREMIERS BOIS

WALDEN-BONOBO OU LA VIE DANS LES PREMIERS BOIS

Dernier article :

TRANSFORMATION

Par
Réussite totale des 3 premiers abonnés..
Violences sexuelles : la justice défaillante

Violences sexuelles : la justice défaillante

Dernier article :

Lettre d'une victime de viol non reconnue par la justice

Par
Ils me font tous sentir coupable de mon propre viol. Je suis coupable d'avoir dénoncé mon instituteur, membre de l'éducation nationale. Je suis coupable d'avoir accusé cet homme des pires choses que l'on puisse faire subir à une enfant. Je suis coupable d'être là, de m'être battue afin de le faire condamner. Je suis coupable et je suis condamnée à perpétuité. Il est libre mais je veux qu'il sache que je le hanterai jusqu'à mon dernier souffle.
France-Algérie, une autre commémoration est possible

France-Algérie, une autre commémoration est possible

Dernier article :

Les vrais riches

Par
Si, comme le disait un ancien, la culture est ce qui reste quand on a tout perdu, alors les métisses sont bien pourvus. Le grand écart au dessus de la grande bleue est un exercice obligé pour tout binational qui ne veut pas se noyer dans une mer de rancœur, de fierté, de stéréotypes et de raccourcis.

Les portfolios des abonnés

Les Unes archivées